Baudelaire

Condividi questo articolo!

L’œuvre la plus importante de Baudelaire est le recueil poétique Les fleurs du mal: une moderne mais quasi médiévale transfiguration d’une idée (le mal) dans une image (la fleur). Lorsqu’il parut (en 1857) il souleva un scandale tel que l’auteur dut affronter un procès pour outrage à la morale. Bien que l’élite littéraire française s’alignât avec Baudelaire, il dut payer une amende et enlever du livre six poèmes, réinsérés seulement en 1949.

Le Vampire, tiré de Spleen et Idéal, est un poème d’amour dédié à l’actrice mulâtresse Jeanne Duval. Vécu au début comme une forme d’évasion envers les paradis exotiques qui représentent un antidote à la quotidienneté, le sentiment pour la Duval est transformé ici en une pénible expérience dans laquelle la libération a pris la forme d’un esclavage qui n’a pas de chance de rachat. C’est le motif de la femme «méduse», de l’aimée qui, après avoir été pour siècles l’être angélique, se révèle un démon qui plonge son amant dans la dégradation la plus forte, en lui enlevant la volonté et la force de réagir. Jeanne Duval est le symbole du pouvoir de la chair et de la sensualité, le charme du mal. Mais Baudelaire, grandi dans un milieu catholique, n’a jamais abandonné ses rêves de pureté et d’idéal: ce besoin d’harmonie le port à une sublimation des sentiments amoureux et son adoration pour la belle Madame Sabatier est proche au mysticisme:

«Soyez mon ange gardien, ma muse et ma madone, et conduisez-moi dans les routes du Beau.»

Madame Sabatier représente pour Baudelaire la force de l’Idéal et du Bien qui sauvent l’homme du mal.

di Alice Fusè

Libri

Lascia un commento

shares