L’Existentialisme et J.P.Sartre: La pensée philosophique

Pubblicità

Sharing is caring!

Pubblicità

 

dalla tesina “Le tenebre dell’odio e della paura: l’Europa e il mondo nell’età delle dittature”

Tucci Beniamino Emanuele- Esame di Stato 2002

L’Existentialisme et J.P.Sartre: La pensée philosophique

Les existentialistes français se recommandent du Danois Soren Kierkegaard (1823- 1855) auteur du Concept d’angoisse, et doivent beaucoup aux philosophes allemands Heidegger, Jaspers, Husserl. «L’existence précède l’essence»: par cette formule célèbre Sartre s’oppose à l’essentialisme de la philosophie classique et affirme le primat de l’existence sur l’essence. «L’homme – dit-il – “est ‘ d’abord, et ensuite il est ceci ou cela». Face à son existence, l’homme sartrien ne peut attendre aucun secours du dehors: il est abandonné, «condamné à être libre», contraint de choisir pour rempli r son existence vide et absurde. «La liberté – écrit Sartre dans L’être et le néant – est de chois’ mais non la liberté de ne pas choisir. Ne pas choisir, en effet, c’est choisir de ne pas choisir». L’homme est donc responsable de sa vie puisque son ‘être n’est que la somme d   .e ses actes. Exister, donc, est agir et «le faire est révélateur de l’être», puisque l’essence dérive de l’existence: “nous sommes ce que nous faisons”, pour cela l’existentialisme est un humanisme selon Sartre. Mais les actions de l’invidu rencontrent celles des autres et peuvent entrer en conflit avec celles-ci, ce qui met en danger l’existence même de l’individu. Le rapport avec autrui est dona un conflit permanent. «L’enfer, c’est les autres», dira Sartre dans Huis Clos.

L’engagement politique Sartre a résumé les thèmes principales de l’Existentialisme, qu’il avait déjà exposées dans L’Etre et le Néant (1943), dans m essai intitulé L’Existentialisme est un humanisme, ne (1947) qui ouvre sur le deuxième versant de l’existentialisme: l’engagement. En outre il les a vulgarisées dans ses romans et ses pièces de théâtre.

Ayant constaté en effet l’absurdité de la condition humaine qui contraint à l’action, il s’agit de trouver une réponse positive pour l’homme. Sartre la voit dans l’engagement, car aucun choix ne peut être purement individuel, mais doit toucher l’ensemble des hommes. Sartre s’engage concrètement sur le terrain face aux problèmes politiques de l’époque: position par rapport au marxisme qu’il soutient, par rapport au rôle de l’URSS qu’il dénoncera lors de l’invasion de la Tchécoslovaquie, par rapport à la décolonisation et à la guerre d’Algérie.

Mais l’engagement touche l’écrivain non seulement en tant qu’homme qui ne peut se tenir à l’écart de la vie des hommes, mais en tant que ne peut exister que la «Littérature engagée».

Pubblicità
shares
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: