Les Fleurs du mal di Charles Baudelaire


dalla Tesina “Realtà e apparenza” per liceo linguistico

di Nicola Diomaiuto

Toutefois dans la France symboliste on peut trouver les soi-disant ” poètes maudits ” que pour échapper à la réalité s’ abandonnaient au paradis artificiels en menant une vie de débauche et rebelle; parmi ces est connu le poète Charles Baudelaire qui en 1857 publique Les Fleurs du mal qui sont condamnée pour immoralité. Dans leur version définitive les Fleurs du mal comportent 129 poèmes. Tous retracent l’itinéraire spirituel de Baudelaire écartelé entre la tentation du Mal et une aspiration vers le Bien et vers l’Idéal. En effet on voit que le cÅ“ur de l’homme est tourmenté par la bataille de la chair avec l’esprit, de l’enfer avec le ciel, de Satan avec Dieu, ect…

Tout cela provoque chez le poète un profonde dégout de vivre, un sentiment de mélancolie que Baudelaire désigne sous le nom de spleen. Ce mot signifie en anglais la “rate”, organe responsable, selon la tradition, de provoquer la bile noire et la mélancolie. Baudelaire l’utilise métaphoriquement pour traduire son écÅ“urement devant la vie. En effet on sait que la vie de Baudelaire, aussi si n’été pas très longue, a été à l’image de l’idée qu’on se fait du poète maudit, bohème et génial, en étant agitée il y a déjà son enfance. Pour sa vie dissipée il est poussé à voyager, et un escale pour l’Inde laissera chez lui un certain gout de l’exotisme. Le thème du voyage reviendra souvent chez Baudelaire. Voyage réel nourri de souvenirs exotiques ou voyage imaginaire pour fuir l’horreur du monde, il est une tentative pour échapper au spleen. Mais, de toute faà §on, aussi si le voyage se réalise, il est toujours déception. Le “Fleurs du mal” sont divisé en six sections qui traduisent l’oscillation de Baudelaire entre le voyage spirituel vers l’Idéal et la tentation du voyage définitif vers la Mort. Dans la premier section du livre, Spleen et Idéal, l’auteur place le poème Correspondances, un sonnet qui résume ses théories poétiques et donne en quelque sorte la clé de lecture du recueil tout entier. Selon Baudelaire le poète avec son art peut aller au-delà des simples apparences et découvrir la véritable essence des choses, la réalité, qui se cache aux yeux indifférents des hommes communs. Lorsqu’ on observe le monde, on voit une réalité fragmentée, éparse, dépourvue d’unité. Grace au langage, et en particulier grà ¢ce à la métaphore, le poète peut dépasser les contingences du réel et établir des correspondances entre des éléments différents. Ces correspondances sont fondées sur la sensation et l’imaginaire; et c’est l’écriture poétique qui permet de restaurer l’unité cachée du monde. La “Nature” est une foret de symboles, dit le poète dans le célèbre poème des “Correspondances”, un espace mystérieux empli de symboles que l’homme ne réussit pas à déchiffrer. En apparence, pour lui, il n’ y a que de “confuses paroles” . Or en réalité ” l’unité ” existe, mà ªme si elle est “profonde et ténébreuse”. En vertu de cette unité, les parfums, les couleurs et les sons ont des rapports entre eux. Ce sont des correspondances horizontales: on peut associer des parfums ( sens olfactif ) à des chairs d’enfants (tactile), à des hautbois (auditif) , à des prairies ( visuel ), parce qu’il existe une qualité en commun (frais, doux, vert). Mais on peut aussi associer les parfums avec une dimension plus abstraite, plus spirituelle. Ce sont les correspondances verticales. A partir de la réalité, on s’élève vers l’essence, vers l’idée, avec parfums comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens, ” qui chantent les transports de l’esprit et des sens”.

torna all’indice di La realtà e l’apparenza tesina per liceo linguistico di Nicola Diomaiuto

Un pensiero su “Les Fleurs du mal di Charles Baudelaire

I commenti sono chiusi.